AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Derniers sujets
» Les dolly
Aujourd'hui à 21:24 par jean-claude

» Journée mémorielle du 10 octobre 2018 à Barlin
Jeu 11 Oct 2018 - 23:44 par BOITEADOUDOU

» Propreté du camp
Mer 3 Oct 2018 - 8:26 par MILLER

» COFFRE SUR LONGERONS
Ven 28 Sep 2018 - 21:12 par Godevil

» 2ème journée garage
Dim 23 Sep 2018 - 19:43 par Godevil

» caisse pepsi est 7up
Dim 23 Sep 2018 - 19:35 par Godevil

» Quelques photos du défilé
Mer 19 Sep 2018 - 11:37 par charln

» Les premieres photos
Mer 19 Sep 2018 - 11:31 par charln

» felicitations
Mer 19 Sep 2018 - 11:30 par charln

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 88 le Mar 3 Sep 2013 - 21:20
Statistiques
Nous avons 515 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est BOITEADOUDOU

Nos membres ont posté un total de 47070 messages dans 3529 sujets

Partagez | 
 

 LE MANOIR DE LA FIERE 2

Aller en bas 
AuteurMessage
garant
First Lieutenant
First Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 54
Localisation : cambrai
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: LE MANOIR DE LA FIERE 2   Jeu 6 Oct 2011 - 15:53

AUJOURD’HUI.....








LE PONT DE LA FIÈRE
Le pont de La Fière /La voie Marcus Heim
Ce pont sur le Merderet fut l'enjeu de violents combats les 6 et 7 juin 1944 entre parachutistes américains et soldats allemands. Ce passage a été baptisé "Voie Marcus Heim", du nom d'un parachutiste américain de la 82nd Airborne Division,
Situation : à 4 km à l'ouest de Sainte-Mère-Eglise, parc mémorial de La Fière, au bord de la D15 (suivre flêchage)


Je faisais partie de l’équipe antichar en compagnie de Lenord PETERSON, John BOLDERSON et Gordon PRYNE.
PETERSON et moi nous tenions à proximité du manoir, du côté gauche en direction de CAUQUIGNY, en contrebas de la route. Il y avait un poteau téléphonique juste devant nous
Nous savions que lorsque les Allemands engageraient leur contre attaque avec leurs chars, nous devrions quitter notre emplacement et choisir une position d’où nous aurions une meilleure vue des blindés. BOLDERSON et PRYNE étaient sur le côté droit de la route, légèrement en contrebas du chemin.


Je ne me souviens plus exactement combien d’autres parachutistes se trouvaient autour de nous. Tout ce que je vis, était une mitrailleuse installée à l’intérieur du manoir. Du côté droit, en arrière du chemin, quelques fantassins étaient postés. Il y avait également un canon de 57 mm au-dessus de la route, dans notre dos, avec une autre mitrailleuse. Nous avons ramenés de notre Drop-Zone des mines antichars et des roquettes de bazooka. Nous avons de suite placé les mines en travers de la route, à 50 ou 60 yards de notre position.
Toute la journée, les Allemands bombardèrent notre position et la rumeur courait qu’ils allaient lancer une contre-attaque. C’est ce qu’ils firent vers 17h00 .


Trois chars se présentent face à nous. Le tank de tête s’arrête, le chef d’engin sort la tête de la tourelle pour regarder aux alentours .
La mitrailleuse à notre gauche laisse entendre un crépitement et abat le chef du char. Au même moment, les bazookas, le canon de 57 et tout ce qui était en état de faire feu prit les Allemands à partie. L’ennemi riposte , Lenord PETERSON et moi-même quittons notre position .
Nous sortons de notre trou et prenons position devant le poteau téléphonique.

Le premier tank est touché,la tourelle s’orienta vers nous et nous sommes pris à partie. PERTERSON et moi avons juste le temps de nous éloigner du poteau lorsqu’un tir Allemand le détruit. J’espère alors que BOLDERSON et PRYNE puissent eux aussi faire feu sur les blindés.
Nous continuons à tirer sur le premier char jusqu’à ce qu’il soit totalement neutralisé. Le second blindé qui le suit le pousse hors de la route.. Nous ouvrons le feu sur ce tank qui est touché . Mais, PETERSON et moi-même ,sommes à cours de munitions lorsque le troisième char se présente déjà face à nous. Mon équipier me demande de retourner en arrière de la route afin de voir si BOLDERSON n'a pas des roquettes supplémentaires.


Je me précipite donc de l’autre côté de la route, sous un feu nourri . Je ne trouve alors qu’un soldat mort sur l’emplacement : BOLDERSON et PRYNE ont disparu. Leur bazooka est abandonné dans l’herbe. Je suppose donc que l’un d’eux et peut-être même les deux à la fois ont été blessés.
Je parviens toutefois à trouver quelques roquettes abandonnées par mes camarades, et entreprends de retourner sur ma position. Les Allemands continuent à nous arroser de projectiles de tous calibres, mais ce jour-là la chance était avec moi ; c’est sans la moindre égratignure que je parvins à rejoindre notre emplacement. Avec nos roquettes supplémentaires, PERTERSON et moi pouvons maintenant neutraliser le dernier char. Une fois le tank détruit, les Allemands battent en retraite vers CAUQUIGNY, mais continuent de nous harceler la nuit entière. Ils tenteront également, mais sans plus de succès, deux nouvelles contre attaques.


Lorsque l’ennemi se retire enfin, PETERSON et moi sommes toujours sur notre position, à côté du pont de LA FIERE.Le combat terminé, il n'y a plus personne. Nous sommes persuadés d’être les seuls survivants et qu’il vaut mieux désormais abandonner la position.
Lorsqu’un groupe nous rejoint et nous demande de continuer à tenir le point , plusieurs autres hommes viennent nous renforcer. Nous devons rester sur notre position jusqu’à l’arrivée des soldats qui viennent de débarquer . Nous apprendrons quelques temps plus tard que peu d’entre nous avaient survécu. La plupart des soldats de l’unité étaient morts ou portés disparus.


Seul le Bon Dieu sait pourquoi nous en sommes sortis indemnes, ce jour là. Voici ce dont je me souviens de ce 6 juin 1944 >>


Marcus Heim
Sainte Mère Eglise, 07 juin 1997.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
garant
First Lieutenant
First Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 54
Localisation : cambrai
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: LE MANOIR DE LA FIERE 2   Jeu 6 Oct 2011 - 16:09





La bataille du Pont de la Fière

Normanring :: Agenda Normand. Survie et resistance culturelle.
Page 1 sur 1 • Partager • Plus !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La bataille du Pont de la Fière

Message par LORD le Sam 17 Mai - 9:49
Boujou.

"Le livre de Bob Murphy, citoyen d'honneur de Sainte-Mère-Église, va être adapté au cinéma, par des Américains.
Le livre du vétéran américain Bob Murphy va être adapté au cinéma. Le tournage aura lieu en juillet et août, du côté de Sainte-Mère-Église.
Robert Martin Murphy est l'un des premiers libérateurs de la France. Ce parachutiste américain de la 82e Airborne a été largué en éclaireur dans le ciel de France dans la nuit du 5 au 6 juin 1944. Il avait 17 ans. Son parachutage sur Sainte-Mère-Église avait été relaté dans le Jour le plus long. Les Américains ont décidé de reconstituer, au cinéma, la bataille du pont de la Fière. D'après son récit « No better place to die » (Le meilleur endroit pour mourir).

Il y raconte à l'instant près, grâce aux témoignages de vétérans qui étaient sur la scène de la bataille, le combat à la vie à la mort mené au pont de la Fière, des premières lueurs de l'aube, le 6 juin 1944, jusqu'au 9 juin. Un pont vital pour l'avancée de la 90 th division, débarquée à Utah Beach. Malgré la défense ennemie et ses forces blindées, le pont ne changea jamais de mains. « On reste ici, c'est la meilleure place pour mourir », ce fut un ordre d'un gradé près d'un lieu stratégique et particulièrement difficile.

Les producteurs américains Doug Stebleton et David Williams ont acheté le script de Rick Parks, un scénariste américain qui a notamment commis À tout jamais une histoire de Cendrillon, avec Drew Barrymore. Le réalisateur du film est en train d'être sélectionné. Quant au casting, pour l'instant, pas de grands noms d'acteurs américains.

« Le tournage aura lieu du 20 juillet à la fin août », confie Maurice Renault, le contact français chargé de mettre en relation les producteurs hollywoodiens avec les maires des communes manchoises. La Fière, bien sûr, et la route de Prusse à Picauville serviront de décor. La route qui va de Chef-du-Pont à Caponet, bordés de saules-tétards, a effectivement la même allure que la chaussée qui se trouvait dans les marais de la Fière, en 1944, aujourd'hui élargie. La production prévoit une centaine de figurants.

Le musée des blindés de Saumur, qui possède la plus importante collection mondiale de blindés, louera entre quatre et huit blindés à la production : des chars Renault 35, Renault 39 et des Hotchkiss. « Les Allemands disposaient du matériel français datant de la guerre de 40 », explique le lieutenant-colonel Dubois."

https://www.youtube.com/watch?v=zKLNMgkbwzM
petit films retraçant les combats
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
garant
First Lieutenant
First Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 54
Localisation : cambrai
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: LE MANOIR DE LA FIERE 2   Jeu 6 Oct 2011 - 17:08





Gavin à joué un rôle très actif dans la création de la 82nd Airborne Division qui fut la première division aéroportée américaine, Cette unité stationnée à Camp Claiborne en Louisianne était au départ une divison d'infanterie, avant d'être reconvertie en unité parachutiste. En août 1942, Gavin prendra le commandement du 505th PIR avant de recevoir le grade de colonel. il le mena au combat dans l'opération "Husky" en juin 1943 en Sicile. Tout au long de la guerre il resta dans la division qu'il avait aidé à modifier, grâce à ses capacités tactiques et sa vision du commandement. Pendant la bataille de Normandie il reçut le grade de général et prit le commandement en second de la division.


le manoir de la fière

Le Manoir de la Fière après les combats.

Le major Frederick A. Kellam, commandant du 1er bataillon tué le 6 juin, lors du premier barrage d'artillerie.



La Fière

De son côté la compagnie A sous les ordres du lieutenant John Dolan, du 1er bataillon du 505ePIR de la 82e division, avait pour mission de s'assurer que le pont sur la chaussée de la Fière était en bon état, ce secteur devint une défense de Sainte-Mère-Eglise. A côté du pont le long de la rivière Merderet se dresse un ensemble de batiment: le Manoir de la Fière. La compagnie A qui devait inspecter le pont atterrit à 400 m de la Drop-Zone prévue et aussitôt les hommes se dirigent vers le pont qu'ils trouvent intact. Le peleton du lieutenant Georges W Presnell qui doit procéder à l'inspection du pont et prit pour cible par la vingtaine d'Allemands installés dans le Manoir. Au cours de l'accrochage le major MacGinity est tué d'une balle en pleine tête.
A 9h00 du matin le gros du 1er bataillon arrive avec son chef, le major Frederick A. Kellam. Le major John Dolan ordonne au 3e peleton de nettoyer les batiments du Manoir d'où des Allemands tirent sans arrêt.Le Manoir sera prit par une attaque en tenaille. Kellam qui possède une grande partie de son bataillon organise alors une position défensive avec la compagnie A près du pont. Les paras attendent l'attaque des Allemands. Elle débute bientôt par un barrage d'artillerie et de mortier qui s'abat sur les Américains, au cours de ce barrage le major Kellam est tué. Les Allemands s'élancent à l'assaut des positions précédés par deux chars, les fantassins sont cloués au sol par le tir des parachutistes mais les chars avancent toujours. Le canon de 57 mm installé dans le premier tournant ouvre le feu, mais le premier tank riposte tuant les servants. A ce moment les tireurs de bazooka à couvert dans des buissons près du pont, ouvrent le feu et détruisent les deux chars. Le lieutenant Dolan envoi un message au QG signalant la mort du major Kellam. Le colonel Mark J. Alexander, se rend au pont, et reçoit par le Général Gavin le commandement du 1er bataillon et de toutes les forces du secteur. Le reste de la journée reste calme les Allemands ne tentent rien.
Le lendemain vers 2h, un bruit de chenilles se fait entendre, c'est un véhicule chenillé qui s'approche seul du pont. Le sergent Owens de la compagnie A, lance deux grenades Gammon, et manque le véhicule qui fait demi-tour et disparait dans la nuit. Vers 8heures, un nouveau barrage d'artillerie est déclenché sur les positions des parachutistes, et a 10heures, 4 chars arrivent sur le pont. Le canon de 57 mm détruit le premier, les autres sont victimes des bazookas. Les fantassins allemands s'abritent derrière les épaves qui jonchent le pont. Au bout d'une heure ils demandent une trève pour ramasser leurs morts et leurs blessés.
Des tirs sporadiques de mortiers continuent de tomber sur les lignes américaines le reste de la journée, mais découragés par les deux défaites qu'ils viennent de subir, les Allemands ne tentent plus rien de ce côté là. Le 1er bataillon fut relevé tard dans la nuit et placé en reserve à l'Ouest de Neuville-au-Plain. Il baptisa le pont de la Fière "le pont Kellam" en l'honeur de leur chef tombé le premier jour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
M201
First Lieutenant
First Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 49
Localisation : Saone et Loire
Date d'inscription : 24/09/2009

MessageSujet: Re: LE MANOIR DE LA FIERE 2   Sam 15 Oct 2011 - 17:01

Wouah! Merci pour ces passages tres agréables a lire, Garant. Je les ai lus avec plaisir, sachant que j'ai fait ma jeep aux marquages du 505 PIR de la 82 A/B. Génial. thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zeus62
Major General
Major General
avatar

Nombre de messages : 514
Localisation : bethune
Date d'inscription : 14/05/2006

MessageSujet: salut à tous   Sam 15 Oct 2011 - 21:23

oui trés agéable a lire merci !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
garant
First Lieutenant
First Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 54
Localisation : cambrai
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: LE MANOIR DE LA FIERE 2   Dim 16 Oct 2011 - 9:28

de rien merci la passion....avant tous....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE MANOIR DE LA FIERE 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE MANOIR DE LA FIERE 2
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE MANOIR DE LA FIERE 2
» le manoir et le pont de la fiere ...le mederet.
» Les Jardins du Manoir d' Eyrignac en Dordogne
» Alice du mois de février : Alice et le manoir hanté
» Le Barney du mois : Le mystère du vieux manoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Véhicules Militaires d'Artois :: Un peu d'histoire :: La Normandie-
Sauter vers: